Gyaku zuki et le talon du pied arrière 逆突きと後ろ足の踵の関係

 

 

Heel upJe suis sûr que vous conviendrez que le gyaku zuki est l’une des techniques de frappe les plus populaires dans le karaté et je n’ai pas besoin d’expliquer comment elle se fait. Cette technique est aussi la plus efficace pour obtenir un Waza ari à un tournoi de kumite.

 

Si cette technique est efficace, du point vue du bujutsu, c’est  une autre histoire, mais nous ne discuterons

pas plus longtemps de ce sujet qui n’est pas le sujet de cet article.Le sujet principal, sur le quel  je veux porter votre attention, est le talon du pied arrière. Regardez la photo sur la droite. Elle montre un Karatéka  (à gauche) qui fait un Gyaku zuki tout en bloquant simultanément un Mawashi geri. C’est une photo bien prise, mais vous avez aussi remarqué que l’arrière du talon de cette personne (pied droit) est sur le sol. En fait, son pied droit est totalement au sol. Donc, la question à se poser est: “Est-ce un bon zuki gyaku? » Ou « Est-ce un Gyaku zuki imparfait ?” Honnêtement, j’ai reçu cette même question de nombreuses fois (et même de karatéka très expérimenté) dans le passé.”Si le talon est sur le sol pendant que nous faisons un gyaku Zuki ? «Pourquoi poser cette question ? C’est parce que, dans certains cas, il est presque impossible de garder le talon au sol, mais nous avons toujours appris à garder le talon au sol tout en faisant un Gyaku zuki.

Nous n’avons jamais donné Nakayamad’explication qui soit parfaite (ou mieux) pour soulever le talon arrière dans certains cas. Ce sujet n’est pas très difficile si vous comprenez le principe de kinésiologie qui s’applique derrière cette technique. Malheureusement, souvent, de nombreux enseignants sont incapables de l’expliquer  eux-mêmes parce qu’ils ne l’ont pas appris de leur Sensei et la plupart des karatékas ne se sont pas posé la question, talon au sol ou non. Je vais vous l’expliquer  de telle sorte que ce sujet ne soit plus un mystère pour vous.

L’ambiguïté vient en partie des manuels techniques. Un exemple, “Dynamic Karate” de Nakayama montre une photo de NakaKanazawa sryama qui fait un Gyaku zuki en position Zenkutsu. Cette photo (à gauche) est excellente, car elle montre 4 clips fusionnés pour illustrer la manière dont cela doit être fait de la position de Yoi (prêt) juste qu’à l’exécution finale du Gyaku zuki.

Comme vous pouvez le voir, le talon du pied arrière (jambe droite) est fermement sur le sol. Sur les autres photos comme celle illustrée à droite, même le célèbre Kanazawa nous démontre la même chose. En d’autres termes, le talon du pied arrière est solidement planté au sol. Fait intéressant, le manuel de style Kyokushinkai de Mas Oyama, “Full contact karaté”montre la même posture. (ci-dessous).

 

Kyokushinkai Oyama

 

J’ai pratiqué le Kyokushin pendant un an et j’ai regardé beaucoup de leurs tournois, mais, curieusement, je n’ai jamais vu de KO par Gyaku zuki surtout avec une forme représentée par Mas Oyama démontré ci-dessous. OK il est communément admis que nos deux pieds doivent être solidement sur le sol quand un Gyaku zuki est exécuté à partir d’une position stationnaire.

 

Quand nous pratiquons le kihon et que nous pratiquons le Gyaku zuki, est-ce  que votre sensei vous dit de garder le talon au sol ? Je soupçonne que si votre talon était levé, votre Sensei pourrait passer derrière vous et vous taper le talon avec son shinai (épée de bambou) ou utiliser son pied sur votre cheville pour la pousser vers le bas.

 

Si c’est le cas, nous avons été conditionnés à travers les exercices répétés de kihon que le Gyaku zuki correct doit ce faire le pied arrière à plat sur le sol. Soit dit en passant, je ne conteste pas ce point. Je suis entièrement d’accord que le Gyaku zuki correct dans une position où le poids du corps est réparti à 50 % ou plus sur la jambe arrière doit être fait de cette façon. Cependant, l’explication correcte n’a pas encore été fournie à de nombreux pratiquants. Quoi qu’il en soit, permettez-moi de poursuivre la discussion. La frustration commence dès que vous pratiquez le Gyaku zuki en kihon et que vous avancez. Vous ne rencontrez pas ce problème lorsque vous faites ce coup de poing dans un zenkutsu stable. Cependant, je pense que vous avez rencontré le problème lorsque vous l’avez fait dans une combinaison avant de “Quick Step”. Votre talon “doit” être relevé. Vous vous êtes probablement dit:”Hey, ma cheville n’est pas souple comme Kanazawa, donc je ne peux pas garder mon talon au sol.” Et vous avez tout simplement abandonné. Vous n’avez pas besoin de blâmer votre flexibilité (ou son absence) ou abandonner. Vous allez voir pourquoi, je vous expliquerai la raison plus loin dans ce texte.

一本組手Après le kihon, vous pratiquez normalement le kumite. Lorsque vous êtes débutant, vous commencez à partir de soi Gohon ou sanbon kumite. Le défenseur doit reculer de 3 ou 5 pas dans le Yakusoku kumite (préarrangé) en parade à Âge uke vous utilisez un Gyaku zuki comme contre attaque (photo de droite). La plupart du temps, vous réussissez bien avec cette combinaison de Zuki uke et Gyaku zuki aussi longtemps que vous ne vous penchez pas trop vers l’avant pour frapper. Si la distance est correcte, vous pouvez faire un bon contre gyaku zuki avec le talon fermement planté au sol. Si elle arrive que votre talon soit levé, votre sensei reviendra et tapera votre talon ou appuiera dessus avec son pied. Sensei vous expliquera qu’une grande et forte rotation de la hanche est importante afin de générer la puissance nécessaire. Pour ce faire, le pied arrière doit être à plat sur le sol pour donner un appui solide à la jambe d’appui (Jiku ashi). Vous n’avez pas de problème avec cela et vous pratiquez de cette façon depuis longtemps. Cette façon fonctionne bien en Ippon kumite et la plupart du temps en Jiyu ippon kumite (combat semi-libre) si l’exercice est un Jiyu ippon et non un complexe comme Nihon gaeshi (l’attaquant contre la contre-attaque défenseur).

 

Ensuite, vous arriverez à une frustration totale quand vous vous pratiquerez le Jiyu kumite (combat libre) et Shiai kumité. Deux photos ci-dessous montrent la technique typique pour obtenir un point. Il est estimé à plus de 60 % des scores de kumite sont gagnés par la technique de Gyaku zuki. Alors, quel est le problème ?

Dans le Jiyu kumite et le Shiai kumite, vous remarquerez qu’il est presque impossible de garder le talon arrière au sol. Pourquoi ? C’est parce que vous êtes plus susceptible de vous déplacer vers l’avant en exécutant cette technique. Cela signifie que votre jambe avant devient le Jiku ashi (de la jambe d’appui) et moins de poids est distribué à la jambe arrière. En fait, vous frapperez principalement sur une jambe et non les deux (jambe de support).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

試合 3

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les années 60 et 70 votre gyaku zuki n’aurait pas reçu un Waza ari si votre talon n’était pas au sol. Ce serait considéré comme une mauvaise technique. Cela s’est aussi produit aux États-Unis dans les premiers jours. Sensei Johnson de la Sierra Shotokan Dojo a partagé son expérience. Voici son souvenir : Nishiyama serait toujours indiqué la puissance vient du talon qui rencontre le sol. Même dans la formation avancée, il tient à souligner le fait que l’on ne pouvait marquer sans le pied fermement planté. Il précise que la technique n’était pas digne d’un point, sauf si la technique était solide au sol.

 

La photo ci-dessus (à gauche) est Ochi sur la droite donnant un Gyaku zuki à Obata comme Nakayama était juge en chef en 1967 à la “All Japan Championship”. Je me demande si Nakayama lui a donné un Waza ari (Ochi). Il serait intéressant si l’un des lecteurs allemands avait pris la peine de demander si Ochi sensei se souvient.

Les règles ont changé depuis que la JKA rejoint la WUKO en 1981 et Gyaku zuki rapide peut marquer un demi-point (waza ari) de nos jours, même si votre talon arrière est sur le sol. Si le timing est parfait, vous pouvez même obtenir un Ippon. Si le talon est sur le sol ou non, ce n’est plus un problème dans un tournoi. Je suis d’accord que ce n’est pas une erreur ou une faute si votre talon arrière n’est pas au sol dans une situation particulière, je l’expliquerai plus tard. Je suis conscient que de nombreux pratiquants et des Sensei pourraient encore considérer cela comme une erreur. Vous pouvez-vous demandez si frapper sur une seule jambe au sol pourrait réduire la puissance, car il n’est pas exécuté à partir d’une position solide ancrée au sol par les deux pieds.    Étonnamment, il n’en serait rien, si votre corps est en mouvement vers l’avant. La puissance perdue par le fait de ne pas avoir une position stable est plus que compensée par l’énergie du corps en mouvement vers l’avant. D’ailleurs, votre position devient plus Ochi in shiaigrande qu’un Zenkutsu normal, comme illustré sur les photos ci-dessus. Il devient de cette façon plus naturel pour soutenir la jambe arrière sur la balle du pied ( Koshi ) plutôt que d’essayer de garder l’ensemble du pied sur le sol. Ainsi, dans une action rapide, surtout lorsque vous déplacez votre poids vers l’avant, il devient préférable de déplacer votre poids vers votre jambe avant afin d’exécuter le  Gyaku zuki et profiter de l’énergie en mouvement pour l’ajouter à la technique, dansce cas le Gyhaku Zaki. À ce moment, votre talon arrière ne sera pas sur le sol, ce qui n’est pas un problème.

 

Alors, est-ce mal si votre pied arrière est solidement ancré sur le sol dans kumite ? Non, c’est la façon dont il doit être quand vous reculez. Quand vous prenez du recul, naturellement le poids du corps va vers l’arrière, le poids est réparti sur la jambe arrière de sorte qu’il est beaucoup plus facile de garder le pied arrière vers le bas et fournir la puissance de la jambe arrière qui se trouve être le Jiku ashi. Le même mécanisme peut être appliqué lorsque vous faites un Mae ashi mate geri et l’utilisez en contre-attaque. Il peut être un coup très puissant même si vous reculez.

 

Conclusion :

Pour une application de Sen-no-sen, votre point de gravité se déplacera vers l’avant et la plupart du poids du corps sera déplacé vers votre jambe avant. Dans ce cas, votre pied arrière sera levé lorsque vous exécutez un Gyaku zuki. C’est une chose très naturelle et ce n’est pas un problème.

 

D’autre paMakiwarart, dans Go-no-sen, dans cette situation, vous aurez très probablement utilisé la jambe arrière comme jambe d’appuie ainsi, il est mieux d’avoir tout le pied fermement posé sur le sol. Cette application, à partir d’un point de vue mécanique, prendra plus de temps pour exécuter un zuki gyaku, donc il faudra beaucoup de pratique et de synchronisation pour surmonter cette «lenteur». En outre, il faut apprendre à capturer l’instant afin de renverser le désavantage mécanique de ne pas aller plus Go-no-sen. En résumé,, les deux façons d’exécution sont correctes. Espérons que cet article pourra calmer votre esprit et que vous ne vous inquiéterez plus au sujet de votre talon arrière levé ou non pour l’exécution du Gyaku zuki.

 

 

 

 

 

Note:

Original article by Kousaku Yokota

Translated article by Marc Fournier

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *